PR

Les solutions de compostage en extérieur.

 

Tout d’abord, il existe de multiples façons de composter. Chaque solution s’adapte au mieux à l’extérieur ou à l’intérieur. Le but étant de faire un engrais riche et de bonne qualité pour nourrir la terre et les productions. 

 

En premier lieu, en extérieur, la plus répandue est sûrement la technique du compostage en tas, aussi appelé compostage en andin. Cette technique consiste à laisser le compost étalé en bout de champs, de jardin, ou en tas à l’air libre. Il faut ensuite le retourner de temps en temps, pour qu’il soit mélangé avec l’air, et qu’il se décompose au mieux. Cette technique nécessite de la place pour étaler le compost. Elle convient bien au compostage de grande quantité. 

 

Ensuite, la technique de compostage en silo ou bac, se fait également à même le sol. Plus restreint au niveau de la place, et nécessite un contenant, de type bac en bois ou silo. Ce compostage est plus adapté au petite surface de jardin. Pour un foyer qui produit peu de matière organique, mais suffisamment pour en faire un petit tas. Il faut le brasser de temps en temps et vérifier que celui-ci n’est pas trop humide, afin d’avoir une meilleure qualité d’engrais. 

 

Enfin, le vermicomposteur, ou lombricomposteur d’extérieur, est une solution de compostage qui consiste à laisser la matière se décomposer avec l’aide de vers. Comme par exemple, l’eisenia foetidia (ver tigré) et l’eisenia andrei (ver rouge de Californie). Cette technique demande un bon rapport de matières azotées et de matières carbonées. Avec du matériel de récupération, il est très simple de faire un lombricomposteur d’extérieur. Cette méthode vous apportera un excellent compost et un excellent jus d’engrais, à diluer avec l’arrosage de vos plantes.

 

Moins connu mais tout aussi efficace.

 

En outre, la technique Jean Pain est moins connue, mais tout de même très utilisée. Cette technique, qui porte le nom de son inventeur, consiste à humidifier et mettre en tas des broyats et biodéchets. Leurs décompositions permettent, avec un système spécifique, de récupérer le gaz méthane produit pour alimenter son domicile ou une ferme, et de faire chauffer de l’eau à plus de 60°. Cette technique reste complexe, mais permet de tirer tous les profits du compost. Elle est adaptée à une ferme, ou un foyer qui aurait un grand nombre de broyats et déchets à composter. Avec un peu d’investissement, cette technique est très rentable sur le long terme. 

 

Pour ce qui est des techniques de compostage en intérieur, les choix ne manquent pas également. 

 

En premier lieu, la technique du lombricomposteurs ou vermicomposteurs d’appartement, qui s’est grandement répandue face à une forte demande en milieu urbain. Cette technique consiste à composter ses biodéchets, dans un petit seau ou bac, avec différents étages.  Ils communiquent entre eux par des trous pour permettre la circulation des vers et de la matière. Compost, sans odeurs ni nuisances, cette technique permet de récolter un compost de qualité et un jus de compost riche pour l’arrosage de vos plantes. A savoir que les lombrics n’aiment pas certaines matières, comme par exemple les épluchures d’oignons

 

De plus, la technique du compostage Bokashi, vient du Japon, et s’est également grandement répandue en milieu urbain ces dernières années. Cette solution de compostage consiste à laisser se décomposer la matière organiques, avec des micro-organismes efficaces (appelés EM). Ils vivent uniquement en milieu anaérobie (privé de dioxygène). Cette technique de compostage nécessite un seau à bokashi qui soit hermétique et l’ajout de micro-organismes efficaces. Comme par exemple, du son de blé ou de la sciure, inculqué de ses fameux micro-organismes. Cette technique permet également de récupérer du jus de compost pour vos plantes, et il n’y a pas de restriction de biodéchets. Le terreau compost produit, n’est en revanche pas utilisable directement. Celui ci  est trop acide et fort en Ph. Cela risquerait de brûler les racines de vos plantes. Il faudra le laisser se décomposer le terreau à l’air libre au moins 15 jours

 

De surcroît, la technique du seau, et du point relais (collectif ou privé) est de plus en plus répandue en milieu urbain. Avec un simple seau hermétique, vous pouvez y déposer vos biodéchets. Pratique car peu cher, et pratique car il ne prend pas de place, cette technique s’adapte bien en appartement. Une fois le seau à compost plein, il suffit de le vider dans un bac de compost collectif dans votre quartier. Ou bien, de vous rendre à un point relais privé, comme une épicerie vrac ou un restaurant, qui abrite une solution de collecte des biodéchets en milieu urbain

Composter à domicile.

 

Enfin, la collecte à domicile de compost, existe dors et déjà à Nantes. Avec Graines d’ici, qui livre des paniers de fruits et légumes bio à domicile et qui collecte les foyers qui souhaitent composter leurs biodéchets. Le compost est récupéré derrière et transmis aux agriculteurs et maraîchers locaux. C’est une technique très pratique en milieu urbain et en appartement, qui s’adapte bien à votre rythme de vie.